ACCUEILCVDOSSIERSDéfenseActivités des forcesArchivesEquipements des forcesQuestions budgétairesEvaluer l'action de l'EtatInstitutions et vie politiquePolitiques publiques nationalesHAUTE-MARNELa circonscriptionActu 52Archives Hiver 2018Archives automne 2017DOCSRapportsRapports depuis 20172012-20172007-2012DiscoursDiscours 2017Questions écritesArticles et tribunesInterviewVIDEOSVidéos mars 2018Vidéos novembre 2017Vidéos octobre 2017Vidéos Septembre 2017Vidéos juillet 2017Vidéos mars 2017CONTACT
François Cornut-Gentille
Accueil | Contact | Politique de confidentialité
François Cornut-Gentille
Député de la 2ème Circonscription de Haute-Marne

Rapporteur spécial de la commission des finances
Vice-président du comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques
solutions informatiques Croix lorraine réduite 03 colonnade-5
ARTICLES ET TRIBUNES
Pour un nouveau Parlement
Revue Le Débat mars-avril 2017

Magnifié ou honni, le Parlement fut longtemps au centre de notre vie politique. Aujourd’hui, il ne suscite plus qu’une espèce d’indifférence méprisante qui reflète un rôle désormais très secondaire. Aussi, personne ne s’inquiète de son effacement (pas même la gauche, qui a pourtant écrit avec lui tant de pages importantes de notre histoire). C’est comme si ce naufrage ne nous concernait déjà plus: la décomposition d’une institution appartenant à un monde définitivement révolu qui n’aurait plus rien à nous dire. Pour la majorité des observateurs, le débat est donc clos. Il n’y a plus rien (ou, du moins, pas grand-chose) à attendre du Parlement. On demande juste à la majorité de ne pas trop gêner l’exécutif dans sa tâche. Enfin, alors que les derniers mois ont encore vu les choses se dégrader au sein de l’Assemblée nationale (et il est fort peu probable que le non-cumul y porte remède en quelque manière), il est très significatif que la seule proposition sur le sujet concerne la baisse du nombre de représentants.

Comment sortir de l'impuissance publique ?
Revue Le Débat mars-avril 2016

Mais que nous arrive-t-il ? A voir monter inexorablement – et comme un état ordinaire – cette excitation générale faite d’agitation stérile ; de peurs et de rancœurs, d’indifférence , de paranoïa et surtout d’impatience, peut-être est-il enfin temps de se le demander. Car le plus préoccupant dans notre débat politique tel qu’il va, ce ne sont pas les vociférations des énervés, pourtant de plus en plus nombreux.