Pour une expérience de navigation complète, veuillez activer JavaScript dans votre navigateur.
ACCUEILCVDOSSIERSDéfenseActivités des forcesArchivesEquipements des forcesQuestions budgétairesEvaluer l'action de l'EtatInstitutions et vie politiquePolitiques publiques nationalesHAUTE-MARNELa circonscriptionActu 52DOCSRapportsRapports depuis 20172012-20172007-2012DiscoursQuestions écritesArticles et tribunesInterviewVIDEOSVidéos juillet 2017Vidéos mars 2017CONTACT
François Cornut-Gentille
Accueil | Contact | Politique de confidentialité
François Cornut-Gentille
Député de la 2ème Circonscription de Haute-Marne

Rapporteur spécial de la commission des finances
Vice-président du comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques
solutions informatiquesCroix lorraine réduite 03colonnade-5
ACTIVITES DES FORCES
Soutenabilité des opérations extérieures : la France suivra-t-elle le Royaume-Uni ?
publié le 26 septembre 2017

Au cours des années 2000 jusqu’au début des années 2010, les armées britanniques ont été présentes aux côtés des forces américaines pour mener des opérations de haute intensité en Irak et en Afghanistan.

Ces engagements massifs d’hommes et de matériels ont au final fragilisé l’outil de défense britannique qui depuis 2014 est entré dans une phase de reconstruction au prix d’un désengagement international.

La courbe des surcoûts budgétaires liés aux engagements extérieurs est l’expression de ce désengagement.

Qu’en est-il de la France ?

Depuis 2013, les forces françaises sont sollicités intensément en Afrique et au Levant, notamment. Aujourd’hui, se pose la soutenabilité d’une telle intensité des opérations pour le modèle militaire français. Avec quelques années de décalage, la courbe française suivra-t-elle la courbe britannique ?
UK surcoûts OPEXsurcout OPEX
Pour justifier cette dégradation, la DRSD parle de « difficultés persistantes ». Et d’évoquer « des départs non prévisibles intervenus en 2016 au sein de l’effectif des inspecteurs spécifiquement formés sur ce périmètre ». Les difficultés persistantes sont donc des départs imprévus au cours de l’exercice 2016. On ne saurait être plus confus.
Dans la brochure diffusée fin juillet 2017 par le Ministère des armées et présentant les principales mesures 2018 de restructuration, il est précisé, pour ce qui concerne la DRSD, des « créations de postes civils et militaires au profit de l’ensemble des entités centrales et territoriales de la DRSD », pour immédiatement indiquer « en particulier de sa direction centrale ». L’affectation de ces créations de poste vient contredire le besoin d’inspecteurs de terrain exprimé dans le rapport annuel de performance 2016 rendu public en juin 2017.
 
Au final, malgré son changement de nom intervenu en octobre 2016, la DRSD ne semble pas être en mesure d’assurer sa mission de sécurisation des sites militaires. Aucune aide ne peut être attendue des forces. En juillet 2017, le général Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air, indiquait qu’« à la suite des diminutions d’effectifs décidées dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP), 40 % des sites de l’armée de l’air ne disposent plus de personnel de protection dédié. Devant la bascule du contexte sécuritaire en 2015, nous avons été contraints de renforcer considérablement la protection de nos bases, alors que nous ne disposions plus des fusiliers commandos, spécialistes de la protection, en nombre suffisant. Les rythmes imposés aux unités de protection suscitent de graves difficultés de fidélisation : 70 % des fusiliers commandos militaires du rang ne renouvellent pas leur premier contrat et quittent l’institution. De ce fait, nous sommes obligés de recourir à des tours de garde par le personnel de toutes spécialités pour assurer la sécurité et la protection de nos emprises. Ce personnel prélevé sur les unités fait ensuite défaut dans les ateliers de réparation des avions, dans les tours de contrôle, dans les centres de commandement, ce qui limite notre capacité à réaliser les missions et à nous entraîner, et provoque des tensions supplémentaires, alors que la pression des opérations génère déjà un absentéisme important. Tout ceci finit par peser sur le moral des aviateurs »
 
Tout va donc bien.
DRSD
Sécurité des sites militaires : en 2016, un site sur trois devant être inspecté par la DRSD échappe à son contrôle.
publié le 2 octobre 2017

En 2015, lors du vol de munitions sur le site de Miramas, François Cornut-Gentille avait révélé au grand public que 7 % des sites militaires devant être inspectés en 2014 par la DRSD (direction du renseignement et de la sécurité de la défense) ne l’avaient pas été.

En 2016, ce sont 38 % des sites militaires inscrits au programme d’inspection qui ont échappé au contrôle de la DRSD. Plus d’un sur trois.
Rappelons que la France est sous le régime de l’état d’urgence ; que les dirigeants politiques ne cessent de nous rappeler que la France est en guerre. On n’ose imaginer ce que le taux serait en temps de paix !